978 - Nouvelle Calédonie

Nouvelle-Calédonie, collectivité sui generis (« de son propre genre ») appartenant à la France d’outre-mer, archipel situé en Mélanésie (Océanie), dans la mer de Corail (sud-ouest de l’océan Pacifique). Sa capitale est Nouméa.


La Nouvelle-Calédonie comprend l’île de Grande Terre, l’île des Pins, l’archipel des Bélep, Huon et Surprise, les îles Chesterfield et les récifs Bellone, les îles Loyauté (Maré, Lifou, Tiga, Beautemps-Beaupré et Ouvéa), l’île Walpole, les îles de l’Astrolabe, les îles Matthew et Fearn (ou Hunter), ainsi que des îlots proches du littoral.


La capitale de la Nouvelle-Calédonie est Nouméa, principale ville et port le plus important, située sur l’île de Nouvelle-Calédonie. Les autres villes principales sont Bourail, Koné, Koumac. L’accord de Nouméa (5 mai 1998) a créé trois provinces : la province Sud, la province Nord et la province des Îles Loyauté.


Agriculture et élevage


L’économie de la Nouvelle-Calédonie repose sur des activités diversifiées, mais l’agriculture continue de jouer un rôle important. En effet, en plus des cultures de subsistance subtropicales, telles que l’igname, la patate douce, le taro ou le manioc, la Nouvelle-Calédonie exploite des plantations de café et de cocotiers. La collectivité exporte du coprah.


Le secteur agricole est complété par l’élevage. Pratiqué essentiellement à l’intérieur des terres de l’île de Nouvelle-Calédonie, où le relief et la faible occupation humaine permettent une forme extensive, l’élevage néo-calédonien repose principalement sur les bovins, les porcs et les chevaux.


Néanmoins, l’activité agricole souffre de l’éloignement des grandes zones de consommation et de la concurrence internationale, que ce soit pour les cultures commerciales, telles que le coprah ou le café, ou pour les productions destinées à l’alimentation, telles que le bétail ou le maïs.


Mines et industries


C’est donc l’exploitation minière qui fait la richesse de la Nouvelle-Calédonie, en particulier le nickel, avec le gisement de Thio. Traité sur place pour partie et exporté (brut ou transformé) vers les pays industrialisés (notamment le Japon), le nickel représente les quatre cinquièmes des exportations de la Nouvelle-Calédonie, qui figure parmi les premiers producteurs de nickel au monde.


En 2002 est lancé le chantier de l’usine Goro Nickel, du groupe canadien Inco (premier producteur occidental de nickel), qui compte parmi les plus grands projets industriels du début des années 2000 dans le monde. Des accords sont trouvés avec les responsables locaux, notamment coutumiers, pour que cet investissement (équivalent à la moitié du PIB de la Nouvelle-Calédonie) ait des retombées positives pour la population locale et préserve l’environnement.


Les richesses minières comportent également du chrome, du cobalt, du fer, du cuivre, de l’or et du manganèse, mais dans des proportions moins importantes que le nickel.


Le tissu industriel néo-calédonien est peu développé : hormis les sites de productions minières et la centrale de Yaté, les principales activités industrielles du territoire consistent en la transformation des produits agricoles et la production de biens de consommation courants.


En revanche, depuis plusieurs années, la Nouvelle-Calédonie mise sur le tourisme qui connaît un développement certain grâce aux atouts du territoire. Mais l’éloignement de la France métropolitaine nécessite d’attirer une clientèle plus locale, c’est-à-dire en provenance du Pacifique Sud.

 
Déclaration CNIL N°1636683 - Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2016    Generated in 0.046 Queries: 4    SocialRank   Calcul du PageRank   SocialRank   CGU-CGV et Mentions Légales

L'annuaire Impresa-Web ® est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International - Copyright ©

Accueil - Nouveautés - Top Site - Top Notes - Top PageRank - Top Partenaires - S'inscrire - Nous contacter