Région Bourgogne

Région administrative du centre-est de la France, recouvrant la majeure partie de l'ancien duché de Bourgogne.


La Région s'étend sur quatre départements : la Côte-d'Or, la Nièvre, la Saône-et-Loire et l'Yonne.


Le chef-lieu de la Région est Dijon, également chef-lieu du département de la Côte-d'Or, dont les chefs-lieux d'arrondissement sont Beaune et Montbard.


La Nièvre a pour chef-lieu Nevers et pour chefs-lieux d'arrondissement Château-Chinon, Clamecy et Cosne-Cours-sur-Loire.


Mâcon est le chef-lieu du département de la Saône-et-Loire dont Autun, Chalon-sur-Saône, Charolles et Louhans sont les chefs-lieux d'arrondissement.


Enfin, le chef-lieu du département de l'Yonne est Auxerre, avec Avallon et Sens pour chefs-lieux d'arrondissement.


Agriculture


Le secteur primaire associe cultures (60% de la valeur de la production) et élevage (40%). Il est important pour la Région puisqu'il représente près de 10% des emplois pour 10,2% du produit intérieur brut (PIB).


La Bourgogne connaît une forte chute du secteur agricole et 6% des exploitations disparaissent chaque année. Une bonne part des cultures est composée de productions céréalières ; la région fournit ainsi de l'orge, du colza et du blé.


Cependant, c'est pour son vignoble que la région est la plus réputée. Les principaux cépages sont le bourgogne-aligoté, le chardonnay pour les blancs, le pinot noir pour les rouges. La Bourgogne produit du vins de qualité (97% sont d’appellation d’origine contrôlée, AOC), ce qui représente 30% de la production agricole totale de la région (et en Côte-d’Or 50%) ; 15% des exploitants agricoles s’y consacrent.


La Région possède des grands crus, célèbres dans le monde entier : Côte de Nuits (clos-de-vougeot, gevrey-chambertin, nuits-saint-georges, etc.) et Côte de Beaune (aloxe-corton, pommard, meursault, puligny et chassagne-montrachet, santenay, etc.), mais la Région a aussi de vastes vignobles dans la côte chalonnaise et dans le Mâconnais.


Plus au nord, se trouvent également les vignobles des coteaux de l'Auxerrois, du Chablis et du crémant de Bourgogne.


À l'est, sur les rives de la Loire, se trouve encore le petit vignoble de Pouilly. Chaque année se déroule aux Hospices de Beaune une célèbre vente aux enchères de vins de Bourgogne. Ces pays de vignobles sont incontestablement les régions agricoles les plus vivantes en Bourgogne.


L'élevage est lui aussi important, puisque la Région arrive au 5e rang national (11% du cheptel national pour son troupeau bovin. La race à robe blanche du Charolais est particulièrement réputée pour la qualité de sa viande.


Une opposition nette de paysage se fait sentir entre les pays d'embouche à caractère bocager (Auxois, Bazois, Nivernais, Charolais) et les plateaux céréaliers.


Les cultures maraîchères sont localement présentes, autour de Chalon-sur-Saône, au sud d'Auxonne, au nord d'Auxerre et au nord-est de Joigny principalement.


Les ressources du sous-sol ont été importantes dans la Région avec l'exploitation du bassin houiller de Blanzy ; on extrait des hydrocarbures à Gisy-les-Nobles, de la fluorine sur plusieurs sites du Morvan, du kaolin entre la Loire et l'Allier (nord de la Sologne bourbonnaise), et de l'uranium à Vaussègre-Grandy et aux Jalerys (usine de concentration à Gueugnon).


Deux centrales thermiques sont implantées dans la région, l'une à Lucie au sud du Creusot et l'autre à Chalon-sur-Saône, et une petite centrale hydroélectrique complète le barrage de Pannesière-Chaumard dans le Morvan.


Industrie


Le secteur secondaire reste important avec 24,8% des actifs régionaux, malgré les nombreuses pertes d'emplois des activités traditionnelles de l'extraction minière et de la sidérurgie (Le Creusot, Montceau-les-Mines).


L'activité industrielle s'est en effet fortement transformée, avec la quasi-disparition des activités héritées du XIXe siècle (Le Creusot a été le site historique de l'entreprise Schneider) et, par exemple, le drame qu’a constitué pour la région la disparition du groupe Creusot-Loire.


Les quelques activités métallurgiques restantes (Montbard, Imphy, Gueugnon) sont en diminution d'effectifs constante.


Les restructurations ont touché également le secteur de l'agroalimentaire (très spécialisé autour de Dijon dans la production de moutarde (société Amora, première entreprise dijonnaise), d'escargots et de liqueurs de fruits rouges (spécialités réputées), de l'habillement (Dim à Autun), de la chimie, affectant les villes d'Auxerre ou Montbard, la région dijonnaise et la Bresse.


En revanche, la sous-traitance et, surtout, la plasturgie, soutenue par des centres techniques et des pôles de formation dans le Sénonais, notamment, et en Saône-et-Loire (Chalon, Le Creusot, la Bresse), résistent bien dans ce contexte de dévitalisation continue du tissu industriel régional.


À Chalon-sur-Saône, il a été décidé de mieux utiliser l'expérience de la ville dans le domaine de la photographie et des activités parallèles comme la verrerie s'y développent.


Le secteur pharmaceutique est important à Dijon (Synthélabo) et à Chalon-sur-Saône.


Services


Le secteur tertiaire est encore sous-représenté dans la Région, avec 58,3% des actifs. Son rôle traditionnel de carrefour s'est estompé avec les tracés adoptés pour l'autoroute Paris-Lyon et pour le TGV, qui laissent la capitale régionale à l'écart, ne lui permettant pas de jouer tout à fait son rôle.


Cependant, cette vocation de point de rencontre nord-sud est toujours présente, comme l'atteste l'organisation régulière de sommets franco-allemands dans la région (Beaune ; Dijon en 1996).


Le secteur de l'enseignement supérieur n'est développé dans la région qu'à Dijon, et souvent en rapport avec la viticulture et l'agroalimentaire, domaines économiques essentiels. Ainsi, outre l'université de Dijon, la capitale possède une École nationale supérieure de biologie appliquée à la nutrition et l'alimentation (ENSBANA), et deux écoles d'ingénieurs spécialisées dans les sciences agronomiques. L'université a elle-même renforcé l'offre de formation viticole et vinicole en ouvrant un institut universitaire de la vigne et du vin. En dehors de la Côte-d'Or, seul Le Creusot dispose d'un IUT.


La principale activité tertiaire est en fait le tourisme, actif dans cette région aux atouts culturels, historiques et gastronomiques.


En effet, on peut y visiter de nombreux et remarquables sites historiques comme l'abbaye de Fontenay (seule grande abbaye bourguignonne bien conservée, contrairement à Cluny ou Cîteaux) et la basilique de Vézelay, le palais des ducs de Dijon, dont le musée renferme de nombreuses œuvres d'art remarquables, les Hospices de Beaune (abritant l'admirable polyptyque du Jugement dernier peint par Van der Weyden) ou encore les majestueuses cathédrales d'Autun, d’Auxerre et de Sens.


Aspect plus récent, la mise en valeur du patrimoine industriel, en particulier au Creusot avec l'Écomusée ou encore dans la Nièvre, favorise une fréquentation touristique diffuse.


Le tourisme fluvial est lui aussi important, grâce au riche réseau de canaux hérités du xviiie siècle.


La Bourgogne bénéficie également de sites naturels intéressants dont le parc naturel régional du Morvan et ses lacs sont particulièrement appréciés des promeneurs. Depuis les septennats de François Mitterrand, dont le bastion politique a toujours été la Nièvre, la roche de Solutré ou le musée du Septennat de Château-Chinon (qui rassemble les cadeaux faits au président) et son annexe de Clamecy sont eux aussi devenus des lieux de curiosité.


La gastronomie constitue pour le tourisme bourguignon un facteur attractif supplémentaire (qualité des vins, fromages, viandes, spécialités diverses, etc.).


Transports


Le réseau routier et ferroviaire est important dans la région. Son axe de base est l'autoroute Paris-Lyon, qui dessert Beaune et non Dijon, même si celle-ci y est reliée par deux bretelles autoroutières.


Elle est doublée par rail d'une ligne TGV ouverte depuis 1981 qui, là encore, dessert Dijon de façon annexe, l'arrêt sur la ligne directe Paris-Lyon étant Mâcon.


Une autoroute relie également Dijon à Nancy et, au-delà, aux pays d'Europe du Nord, tandis qu'une autre autoroute relie Beaune à Besançon, Mulhouse et l'Allemagne.


Au nord de la Région, la liaison par l'autoroute A 5 entre Paris et Troyes permet un renforcement du développement du triangle Sens-Troyes-Auxerre, zone d'expansion de la région parisienne.

Détails : SPIDE21 - Dépannage Informatique à Dijon
SPIDE21 - Dépannage Informatique à Dijon

Le Service Informatique du Particulier
Dépannage à domicile des PC Tours et PC "Portables" Déplacement rapide et gratuit sur la zone de 30 km (forfait 10 Euros si éloigné) Prise en charge et Devis gratuit à domicile.Nous intervenons à domicile pour...

Commune : Dijon
Code postal : 21000
Téléphone : 03 80 31 26 48 - 06 25 36 15 58
Site Internet : SPIDE21 - Dépannage Informatique à Dijon
Détails
 
Déclaration CNIL N°1636683 - Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2016    Generated in 0.075 Queries: 5    SocialRank   Calcul du PageRank   SocialRank   CGU-CGV et Mentions Légales

L'annuaire Impresa-Web ® est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International - Copyright ©

Accueil - Nouveautés - Top Site - Top Notes - Top PageRank - Top Partenaires - S'inscrire - Nous contacter