Région Champagne Ardenne

Région administrative du nord-est de la France située à la frontière avec la Belgique.


La Région Champagne-Ardenne comprend quatre départements : les Ardennes, l’Aube, la Haute-Marne et la Marne.


Le chef-lieu de Région est Châlons-en-Champagne.


Le chef-lieu des Ardennes est Charleville-Mézières, tandis que les chefs-lieux d’arrondissement sont Rethel, Sedan et Vouziers.


Troyes est le chef-lieu de l’Aube, dont les chefs-lieux d’arrondissement sont Bar-sur-Aube et Nogent-sur-Seine.


Le chef-lieu de la Haute-Marne est Chaumont, les chefs-lieux d’arrondissement étant Langres et Saint-Dizier.


Enfin, Châlons-en-Champagne est le chef-lieu de la Marne, et les chefs-lieux d’arrondissement sont Épernay, Reims, Sainte-Menehould et Vitry-le-François.


Agriculture


L’agriculture en Champagne-Ardenne représente 10,4% de l’emploi régional (moyenne nationale de 6,8%) et 11,7% du PIB régional (moyenne nationale de 3,2%). Parmi les principales cultures figurent le blé, l’orge et la betterave à sucre ; 50% environ du malt et 85% du fourrage déshydraté français (bouchons de luzerne) sont également produits dans la Région.


L’élevage laitier domine dans la partie boisée du Perthois, dans les collines et les plaines des crêtes pré-ardennaises. De même l’agriculture est-elle principalement orientée vers l’élevage laitier (fromages notamment) et la viande bovine en Champagne humide et à partir de la Côte des Bars.


La « Champagne pouilleuse » est devenue une importante région agricole, dont le dynamisme repose sur l’utilisation d’engrais et sur une intense mécanisation. Après plusieurs décennies de modernisation, elle dispose ainsi de plus de 35 000 exploitations d’une surface agricole utilisée (SAU) atteignant 44 ha (moyenne nationale de 28 ha). Les hauts rendements assurent par ailleurs aux agriculteurs des revenus bruts par exploitation (RBE) très élevés comparés à la moyenne nationale. Sur les cinq produits champenois les plus exportés, quatre sont des produits liés à l’agriculture : le champagne et les mousseux, le sucre, le blé tendre et le malt.


Les cultures représentent plus de 80% de la valeur de la production agricole totale en Champagne-Ardenne ; la Brie champenoise et une partie de la Champagne crayeuse (du pays d’Othe au nord-est de la Marne) forment, en effet, une zone significative de culture céréalière (avoine, blé, escourgeon, maïs, orge), la luzerne et les plantes sarclées (betterave à sucre, carotte, pomme de terre, etc.) étant également exploitées.


Sur la Côte des Bars, le vignoble aubois d’appellation champagne (Polisy, Landreville) se mêle à l’élevage et aux polycultures. Toutefois, les vignobles les plus réputés de Champagne s’élèvent sur la côte de l’Île-de-France, entre Reims et Épernay (Sillery, Verzy, Tours-sur-Marne, Avize, Oger, le Mesnil-sur-Oger, etc.) et couvrent une superficie de 29 000 ha environ.


Industrie


De nombreuses activités industrielles découlent des activités viticoles et agricoles. Le secteur secondaire représente en Champagne-Ardenne 27% de l’emploi régional (moyenne nationale de 22,9%) et 33,4% du PIB régional (moyenne nationale de 29,8%). La Région a été particulièrement touchée par la crise des industries traditionnelles, notamment la métallurgie et le textile.


La fonderie et le travail des métaux constituent les plus importantes activités industrielles des Ardennes. Les forges, l’estampage et la boulonnerie ont pu s’y maintenir malgré une profonde crise structurelle. L’essentiel des industries est concentré dans la vallée de la Meuse : tuberie de cuivre, fonderie de bronze à Givet, fonderie, appareils sanitaires, électroménager à Revin, métallurgie et automobile à Charleville-Mézières (fonderie Citroën), métallurgie-fonderie à Sedan.


La vallée de l’Aisne accueille également quelques sites industriels, Attigny, Rethel (matériel de levage, électroménager) ou encore Vouziers. Cependant, l’influence de Reims limite son expansion. Le passé sidérurgique de la Haute-Marne est présent dans ses activités métallurgiques de transformation (coutellerie, métallurgie de précision dans le Bassigny, constructions mécaniques et armement à Froncles, et tréfilerie à Saint-Dizier.


La Champagne-Ardenne produit encore 25% de la fonderie nationale. De nombreuses entreprises nationales et étrangères, ainsi que de petites et moyennes entreprises (PME) travaillant en sous-traitance pour des entreprises multinationales comme Ariane-Espace, Airbus, VAL, Dassaut, etc., se sont installées dans des communes champenoises : Citroën (décentralisée à Villers-Semeuse), General Motors, Ford, Electrolux, etc.


Le secteur textile est dominé par l’industrie de la bonneterie, traditionnellement implantée dans le département de l’Aube, notamment à Troyes et Romilly-sur-Seine, qui produit 35% des chaussettes et 58% de la layette françaises. Pour affronter une compétition nationale et internationale toujours plus forte, 250 entreprises représentant les différentes activités de la profession (de la production des matières premières à la commercialisation), dont plusieurs marques internationales (Benetton, Dior, Lacoste, Petit Bateau, etc.) se sont regroupées au sein de l’UNIT (Union interprofessionnelle textile de Champagne).


En marge des activités traditionnelles de la métallurgie et du textile, d’autres industries se maintiennent : la métallurgie de transformation à Châlons-en-Champagne (horlogerie), les constructions ferroviaires à Épernay, les instruments de précision à Sainte-Menehould, les constructions mécaniques à Vitry-le-François.


La Région doit cependant effectuer de nombreuses reconversions et développer de nouvelles industries pour enrayer son déclin démographique, puisqu’un actif sur quatre quitte en effet la Champagne-Ardenne.


En aval des activités agricoles et viticoles, l’emballage-conditionnement (bouchons, verrerie de Sainte-Menehould, papier-carton à Reims) se présente notamment comme l’une de ces nouvelles filières, de même que la plasturgie, secteur en forte progression, matières plastiques à Charleville-Mézières (Ford), à Donchéry (General Motors), à Givet (Schulmann Plastics), à Langres (Optical Disc), à Sainte-Menehould, à Troyes. La construction mécanique, à Saint-Dizier (machines agricoles Case-Poclain) ou Châlons-en-Champagne, est aussi portée par le dynamisme de l’agriculture.


Les industries agroalimentaires (IAA) se développent également grâce aux ressources et sites suivants : produits laitiers (chaource au sud de Troyes, carré de l’est d’Arrigny, cendrés d’Argonne, maroille de Thiérache, Miko à Saint-Dizier), industrie du bois à Épernay et à Chaumont, industrie du cuir à Chaumont, sucrerie à Connantre (Béghin-Say), à Arcis-sur-Aube, moulins de Nogent-sur-Seine, produits agricoles pour l’industrie (colza pour le biocarburant, betterave à sucre pour l’éthanol, amidon de blé pour le papier, etc).


Enfin, de nouvelles techniques émergent, à l’instar des câbles électriques et des fibres optiques, et certaines activités sont privilégiées. La Région produit ainsi 45% du pavot français destiné à l’industrie pharmaceutique.


Services


Le secteur tertiaire représente 56% de l’emploi régional (moyenne nationale de 70,3%) et 54,9% du PIB régional (moyenne nationale de 67%).


Les secteurs agricole et industriel ayant une influence et une importance particulières sur l’économie de la Champagne-Ardenne, les activités tertiaires ont par conséquent accumulé un certain retard.


Néanmoins, les reconversions rendues nécessaires par une conjoncture difficile ont permis de favoriser le développement de ce secteur, car elles sont souvent liées à des activités pour lesquelles la recherche est primordiale ; l’agriculture dispose ainsi d’un centre d’enseignement et de recherche, l’Agropôle européen de Reims, et la métallurgie et la plasturgie sont soutenues par les centres régionaux d’innovation et de transfert de technologie (CRITT).


L’université de Reims accueille des laboratoires professionnels et un centre technique des industries de la fonderie, tandis que la ville possède une École d’ingénieurs en emballage-conditionnement (ESIEC). À ces activités d’enseignement et de recherche s’ajoutent divers salons annuels d’envergure internationale : la Convention annuelle Packinnove à Troyes pour l’emballage-conditionnement, la Foire-exposition de matériel agricole à Châlons-en-Champagne ou encore les « Rencontres textiles » de Troyes.


La valorisation des voies de communications (notamment les autoroutes A 26 (Calais-Reims-Dijon) et A 4 (Paris-Reims-Allemagne)) permet de combler le retard pris par ce pan de l’économie régionale.


Malgré une importance encore relativement faible d’un point de vue économique, le tourisme contribue à promouvoir l’image de la Région, s’appuyant sur deux atouts spécifiques : la cathédrale de Reims et le vignoble de Champagne. Le développement de la Marne, par exemple, doit beaucoup à l’Île-de-France, mais également à la tradition et à la qualité du vignoble local.


La Région possède, par ailleurs, deux parcs naturels régionaux : le parc naturel régional de la montagne de Reims et le parc naturel régional de la forêt d’Orient, à l’est de Troyes.


Les activités nautiques sont particulièrement privilégiées en Champagne humide, avec 650 km de voies navigables et de nombreux lacs dont celui de Der-Chantecoq, le plus grand plan d’eau artificiel d’Europe.


Le plateau crayeux accueille, pour sa part, de nombreuses résidences secondaires parisiennes.


Néanmoins, malgré le développement touristique du plateau ardennais et de ses forêts, les Ardennes connaissent une émigration notable liée à la restructuration et à la délocalisation de nombreuses industries locales. Pour la Haute-Marne notamment, la forte émigration dans l’arrondissement de Langres ne semble pas diminuer.


Ces faiblesses révèlent de profondes disparités dans l’espace de cette région qui, située entre le Bassin parisien et la Belgique, n’est pas encore parvenue à affirmer son rôle et sa position de carrefour européen dynamique.

Détails : ADM. Signalétique
ADM. Signalétique

Signalétique intérieure et extérieure 

Panneaux de chantier, signalisation et panneaux routier
Décoration véhicules, autocollants, enseignes
Banderoles, bâches, stickers, déco vitrines
Pare soleil, micro-perforé, caisson lumineux
Totem,...

Commune : Courthiézy
Code postal : 51700
Téléphone : 09 88 66 60 66
Site Internet : ADM. Signalétique
Détails
 
Déclaration CNIL N°1636683 - Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2016    Generated in 0.058 Queries: 5    SocialRank   Calcul du PageRank   SocialRank   CGU-CGV et Mentions Légales

L'annuaire Impresa-Web ® est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International - Copyright ©

Accueil - Nouveautés - Top Site - Top Notes - Top PageRank - Top Partenaires - S'inscrire - Nous contacter