Régions Outre-mer

France d'outre-mer, ensemble des possessions françaises d’outre-mer. Dispersées à travers le monde, ces terres lointaines, essentiellement insulaires, constituent les derniers vestiges de l’Empire colonial français.


Conformément à la loi de programme pour l’outre-mer du 21 juillet 2003, votée dans le cadre d’une révision de la Constitution française, la France d’outre-mer a été réorganisée : les DOM-TOM (départements d’outre-mer et territoires d’outre-mer) sont devenus les DOM-ROM (ou « DROM », départements et régions d’outre-mer) et les TOM (territoires d’outre-mer) sont devenus les collectivités d’outre-mer.


La France d’outre-mer se répartit comme suit :


Ø  Quatre DOM (départements d’outre-mer), qui sont également des ROM (régions d’outre-mer), soit les DROM : la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion ;


Ø  Trois collectivités d’outre-mer : Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis-et-Futuna ;


Ø  Une collectivité d’outre-mer bénéficiant d’une « spécialité législative autonome », qui est également un pays d’outre-mer (POM) depuis la loi du 27 février 2004 définissant son nouveau statut d’autonomie : la Polynésie française ;


Ø  Une collectivité sui generis (« de son propre genre »), qui n’entre pas dans la catégorie des collectivités d’outre-mer : la Nouvelle-Calédonie.


Ø  Les TAAF (terres Australes et Antarctiques françaises) ne sont constitutionnellement plus des territoires d’outre-mer, mais bénéficient encore de ce statut dans la pratique.


Si la France d’outre-mer bénéficie de l’assistance économique métropolitaine (faisant des territoires d’outre-mer des îlots de prospérité au sein de l’environnement géopolitique régional, Caraïbes, Afrique orientale, Océanie insulaire), le niveau de vie est nettement moins élevé et la société beaucoup plus inégalitaire qu’en métropole.


La qualité des infrastructures (transports, éducation, équipements portuaires, sanitaires ou sociaux, etc.) rattache les territoires de la France d’outre-mer au monde développé.


L’éloignement de la métropole, l’isolement pour certains territoires (notamment la Polynésie française), le coût du travail, plus élevé que dans les pays voisins, ou encore la faible productivité constituent autant de freins au développement de la France d’outre-mer.


Les industries sont rares, à l’exception de la Nouvelle-Calédonie qui dispose d’une puissante industrie minière grâce à l’exploitation de ses gisements de nickel. Les activités tertiaires reposent essentiellement sur le tourisme, le commerce et les services publics.


Le tourisme est aujourd’hui bien développé dans les îles tropicales, mais reste essentiellement contrôlé par des entreprises métropolitaines (Novotel, Club Méditerranée, etc.).


Les territoires d’outre-mer assurent à la France une présence effective aux quatre coins du monde, un vaste empire maritime d’environ 11 millions de km2, ainsi qu’un enrichissement culturel.


Ils présentent un intérêt géostratégique évident (base de lancement de la fusée Ariane à Kourou, en Guyane française), malgré le désengagement récent de l’État dans l’exploitation du nickel néo-calédonien et l’arrêt du Centre d’expérimentation nucléaire du Pacifique en 1996.

 
Déclaration CNIL N°1636683 - Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2016    Generated in 0.035 Queries: 4    SocialRank   Calcul du PageRank   SocialRank   CGU-CGV et Mentions Légales

L'annuaire Impresa-Web ® est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International - Copyright ©

Accueil - Nouveautés - Top Site - Top Notes - Top PageRank - Top Partenaires - S'inscrire - Nous contacter